© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

Planète CHINE

2 Sep 2016

Eh oui, tel le vigie en haut de son mât, nous avons crié « CHINE » il y a quelques jours. Nous quittons l’Asie Centrale et abordons un nouveau continent, ou plutôt une nouvelle planète pleine de surprises.

 

Nous atteignons 12000 km peu après être entrés en Chine

 

Sur la carte, deux petits points de même taille. Le premier est notre dernier village Kazakhe, bien modeste. S’y trouve quand même une petite épicerie dans laquelle nous dépensons nos derniers somonis en fromage à tartiner, confiture, café et eau gazeuse.

Suit une frontière à la route défoncée, et une interminable boucle de près de 6 km contournant un projet économico-immobilier sino-kazak en construction. Nous franchissons la frontière chinoise sans encombre mais avec une attente certaine – la douanière sortie tout droit d’un manga, voix haut perchée et largement maquillée, ne semble pas à l’aise avec notre passeport européen ! La douane est un bâtiment ultramoderne, surdimensionné à la taille de ce pays continent.

Puis, le choc, la déferlante d’étonnement : ce second petit point est une ville qui s’ouvre sur un immense boulevard arboré à 2x3 voies, avec larges bandes cyclables, promenades piétonnes, entouré de parterres fleuris sur lesquels d’immenses panneaux vidéo-publicitaires vantent les beautés de la région. Autant de tours que de grues, des bassins artificiels pour agrémenter des zones résidentielles, une variété de véhicules incroyable … et des enseignes auxquelles nous ne comprenons évidemment rien.

Des Chinois qui visiblement n’ont rien à voir avec l’Asie Centrale évoluent dans un calme impressionnant, en scooter ou vélos électriques qui fonctionnent sans pédaler, tricycles le plus souvent électriques aussi, petites voitures à 3 roues, grosses voitures souvent hybrides … et une combinaison impressionnante de tous ces modes. Les piétons sont désinvoltes, et les femmes arborent un habillement des plus variés, allant du short ou de la mini-jupe, à la robe très habillée, talons hauts, jean-tshirt …. Nous sommes loin de l’Iran !

 

De petits airs de Disney Land

 

Notre première épreuve : changer de l’argent. Au bout de 3 essais nous arrivons à la bonne banque. Plus d’une heure de patience devant une petite employée qui sue en s’interrogeant sur mes noms et prénoms (Brigitte) pour pouvoir remplir le formulaire adéquat. Les appels successifs à sa chef ne semblent lui apporter que des remontrances, l’exemple de mon visa chinois (en chinois) ne semble pas l’éclairer. Contre toute attente elle finit par aboutir – nous éviterons toute conclusion rapide sur la productivité de cette banque. La prochaine fois nous retirerons à un distributeur.

Deuxième épreuve : manger. A priori très simple car il y a  des restaurants partout. Par chance, le notre affiche des photos et nous nous retrouvons avec un plat de soupe aux nouilles monstrueux. Au jeu des baguettes nous ne sommes pas encore des experts, mais nous perdons toute inhibition en voyant nos voisins avaler leurs nouilles à force de grosses aspirations bruyantes.

 

De très très longues pâtes façonnées à la demande – une spécialité de cette zone frontalière.

 

 

Des restos de standings bien différents !

 

Troisième épreuve : acheter une carte SIM pour le téléphone. Finalement le plus simple, les Chinois sont hyper connectés. Par contre la connexion est très lente, la censure très active (le Monde.fr ne peut être consulté par exemple), et le VPN auquel nous avions souscrit par avance en Ouzbekistan ne semble pas fonctionner, sans doute faute de rapidité.

Quatrième épreuve : trouver de l’eau. Pas si simple. L’eau du robinet demandée à un magasin n’est pas potable, ce qui contraste avec l’image de la ville. On nous sert un peu d’eau venant de la bouilloire. Nous filtrerons le reste.

 

Nous nous engageons sur une route au goudron impeccable pour traverser cette grosse ville à l’échelle française mais une minuscule tête d’épingle à l’échelle de la Chine. S’enchaineront finalement 150 km urbanisés quasiment en continu … autant de surprises auxquelles nous étions tellement loin de nous attendre dans le far-west chinois.

Nous continuons vers l’est sur une « petite » route pour éviter l’autoroute qui mène à Urumqi la capitale du Sin Kiang. Progressivement nous abordons cette nouvelle planète où nous étonnons autant que nous sommes étonnés.

 

« tchin-tchin » à la bière chinoise à l’abri du froid dans la tente – c’était facile … on l’a fait ! ( J

 

Les chèvres à pelage blanc se protègent des ardeurs du soleil de fin d’été

Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square